Opinion | Le Maître des horloges sera le Maître des cérémonies

Les Echos | septembre 21, 2018


Universités d’été, commémorations, sommets, COP, G20, compétitions internationales… Quand instantanéité et bruit tendent à obérer tout pilotage de son image, le « grand rendez-vous », parce qu’il demeure inscrit dans un temps long, redonne aux politiques et décideurs la possibilité de demeurer « maîtres des horloges ». Un remède incontournable dans la construction programmée du récit ?

C’est l’époque. Chaque année, fin août ou début septembre, formations politiques, MEDEF et grandes entreprises organisent leurs « universités » ou « formations populaires ». Une manière de se retrouver, de se rassembler pour resserrer les rangs, définir un agenda, porter des idées fortes, et, le cas échéant, afficher et assumer son lobbying.

Les « universités d’été », sont une tradition, un rendez-vous programmé. Dès lors, selon le poids de l’organisation concernée dans l’écosystème politique, économique ou médiatique, et selon aussi la notoriété de ses responsables, l’écho en sera plus ou moins grand.

 

[…]

Lire l'intégralité de l'article